Bourse : Cinq pistes d’investissement après la tempête

 

Voici un article écrit par le journal Le Figaro :

 

La correction déclenchée par le vote des Britanniques en faveur du Brexit a balayé l’ensemble des places financières mondiales. Mais certains marchés ont été largement protégés de cette tempête.

 

La plupart des grands marchés ont piqué du nez face à l’incertitude provoquée par le vote en faveur du Brexit. Mais selon bon nombre de spécialistes, ces risques sont désormais largement pris en compte et la chute des indices ouvre des opportunités nouvelles.

 

Miser sur les marchés d’actions américains

 

Les entreprises américaines génèrent environ les deux tiers de leurs revenus aux États-Unis et devraient bénéficier de la vigueur de la consommation dans le pays, de l’amélioration continue du marché du travail et de la politique toujours généreuse de la Réserve fédérale. Les spécialistes de l’UBS voient ainsi la récente chute des actions américaines comme une opportunité.

 

Privilégier le dividende

 

Les marchés d’actions européens ont beaucoup souffert du Brexit. Les investisseurs ont massivement vendu y compris les titres des entreprises les plus défensives qui versent de copieux dividendes. Résultat, le rendement sur dividende de l’indice MSCI EMU est désormais proche de 4%.

 

 

 

S’intéresser aux obligations high yield

 

Le marché des obligations «high yield» libellées en euros devrait être relativement protégé des turbulences liées au Brexit. En Europe, il est principalement constitué de titres d’entreprises de bonne qualité notés BB (64%) ou B (31%) alors que seulement 5% des titres sont notés CCC. La politique ultragénéreuse menée par la BCE est particulièrement favorable à ce marché encore confidentiel. En relançant la demande potentielle, la BCE incite les émetteurs à accélérer ou accentuer leurs programmes d’émissions obligataires, selon BFT IM. Par ailleurs, avec sa politique très accommodante, la BCE incite en effet les investisseurs en quête de rendement à reporter une partie de leurs achats d’obligations sur le «high yield».

 

Les émergents...à petites doses

 

Les politiques monétaires toujours très accommodantes menées par les grandes banques centrales devraient soutenir les marchés émergents. Dans cet univers, le Brésil, qui a beaucoup souffert ces derniers temps, semble particulièrement bien placé de l'avis des analystes de l’UBS. L’amélioration de la dynamique de croissance et le recul de l’inflation devraient selon eux permettre au marché brésilien de tirer son épingle du jeu. Malgré le risque de revers temporaires (par exemple de la politique intérieure), une logique qui prévaut également pour bon nombre de places asiatiques qui sont très faiblement exposées aux risques liés au Brexit.

 

L’or et les métaux précieux

 

Selon les spécialistes d’ETF Securities, l’once d’or et les métaux précieux restent la meilleure classe d’actifs pour faire face aux périodes de grande incertitude et de forte volatilité, comme l’ont démontré les dernières crises financières. Le coup de tabac qui a suivi le Brexit n’échappe pas à la règle. ETF Securities a aussitôt relevé son estimation de la «juste valeur» de l’once d’or à 1 400 dollars. La société a constaté un véritable «tourbillon» en faveur des actifs liés au métal précieux: près de 200 millions de dollars de flux entrants ont été enregistrés dans les premières heures de vendredi. À la moindre alerte la hausse devrait reprendre selon ces spécialistes. À 1 400 dollars, l’once d’or retrouverait son niveau de septembre 2013.

 

Avez-vous déjà investi en bourse ?

 

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Écrire commentaire

Commentaires: 0